Page de démarrage

Curriculum

Répertoire

Revue de Presse

Workshops / Projets

Fotos

Audio

Recommandations

Contact

Général:

 

Nice-Matin

29 décembre 2000

« Arrivant de Salzbourg, la ville de Mozart, pour passer les fêtes en famille sur la Côte d’Azur et travailler l’art de l’accompagnement avec la belle mezzo autrichienne Nathalie Vinzent – qui a étudié l’art du chant avec la grande Christa Ludwig – le jeune pianiste allemand Ulrich Murtfeld est de cette génération de musiciens complets, cultivés, qui vont plus loin. A l’aube d’une carrière brillante, Ulrich Murtfeld cherche, explore, afin d’enrichir son répertoire de joyaux inconnus. C’est ainsi qu’il a découvert Louise Farrenc (1804 – 1875). Il nous avait fait découvrir sa sonate pour piano et violoncelle à Paris, voici un an, en compagnie de Wendy Warner – prix Rostropovitch – à l’Académie Diplomatique Internationale, devant un parterre de mélomanes conquis.

Aujourd’hui, il nous en dit davantage : ‹Louise Farrenc, contemporaine de Berlioz, pourrait bien être la plus sous-estimée des compositrices du siècle dernier ; elle connut pourtant de remarquables succès lors de la présentation de ses œuvres et se fit dans sa spécialité, la musique instrumentale, une réputation dans la vie musicale de cette époque›… ‹Louise Farrenc fut aussi la première femme dans l’histoire du Conservatoire national supérieur de Paris à obtenir une classe de professeur de piano›, rappelle Ulrich Murtfeld… Après sa mort, ses œuvres tombèrent dans l’oubli complet. Mais aujourd’hui, alors que l’on célèbre les musiciennes du siècle dernier, Fanny Mendelssohn, Clara Schumann, Pauline Viardot, ses compositions font l’objet d’une redécouverte à l’étranger, notamment en Allemagne… »